Energy Observer remit à l’eau

Energy Observer remit à l’eau

Ce vendredi 8 mars 2019, Energy Observer, le premier navire hydrogène autour du monde, sera remis à l’eau à Saint-Malo après un long chantier d’optimisation. L’objectif technique de ce projet est précisément de tester, valider et fiabiliser des innovations technologiques dans les conditions les plus rudes, qui seront celles de la Baltique et du cercle Arctique en 2019.

Lisez l’article de Fabienne Marion dans UP Magazine

 

 

Pour nous contacter

Le Captain 079 754 05 35

Agenda

ChocoLac 22 août
ChocoLac 1er septembre
ChocoLac 8 septembre

Facebook

Connexion

Projet Manta, le bateau nettoyeur des océans

Projet Manta, le bateau nettoyeur des océans

Bouteilles en plastique, sacs de course, bidons d’huile… On les retrouve de plus en plus dans nos océans et pourtant, ils n’ont rien à y faire. Face à ce fléau qu’est la pollution des mers, des projets voient le jour. Le dernier en date est le fruit du travail d’Yvan Bourgnon, un skipper et fondateur de l’association The Sea Cleaners : un bateau capable de collecter les déchets plastiques et de les recycler.

Lire l’article du journal en ligne Daily Geek Show

Sea Bubble Un bateau qui fait mouche

Sea Bubble Un bateau qui fait mouche

Les petits navires qui volent sur l’eau inventés par Alain Thébault et Anders Bringdal pourraient venir s’ajouter à l’offre des nouvelles mobilités douces. La capitale les soutient mais la réglementation est ardue.

D’ici un an, on pourra glisser au-dessus de la surface de l’eau à bord d’une sorte de… de quoi ? D’un Sea Bubble. C’est-à-dire d’un engin hybride, mi-auto mi-bateau ailé, capable de survoler un plan d’eau avec une poignée de passagers à bord. Les premiers modèles seront commercialisés courant 2018 et pourraient devenir le prototype d’un taxi avant-gardiste… et propre. Ce concept unique a été imaginé par un navigateur, Alain Thébault. Le genre d’homme apte à barrer l’Hydroptère, un trimaran de 7,5 tonnes capable de décoller à six mètres au-dessus des vagues. Aujourd’hui, il change de cap. Avec son associé, le Suédois Anders Bringdal, recordman du monde de vitesse en windsurf, il entend développer un mode alternatif de mobilité sur les voies navigables.

Lire la suite de l’article dans le journal Libération.fr

Lien avec le Facebook du projet

Lien avec le chantier naval Décision qui construit les Sea Bubble